Des élections professionnelles préhistoriques

Après le revers infligé au pourtant très intéressant vote électronique, voici maintenant que la solution envisagée avec le Groupe La Poste tombe aussi à l’eau. Cette solution revêtait de nombreux avantages, merci beaucoup à la DBEST d’avoir si intelligemment envisagé les choses.

D’un vote moderne permettant au plus grand nombre de donner son avis, nous revenons donc sur des modalités de scrutin digne des années 50. Une chose reste vraie, pour que les choses changent, il faut que rien ne change, c’est la devise du vieux monde.

Nice, ville 2.0 ? Pour le coup ce sera donc un double zéro pointé sur cette décision qui est loin de faire l’unanimité sauf peut-être pour certains qui, à force de persuasion et d’accointances, ont finalement obtenu gain de cause. La question se pose toutefois, quel est le gain réel de ce choix ?

FO Nice MNCA, a toujours prôné le vote électronique, le seul à permettre à la plus grande majorité d’entre vous de participer au processus électoral. En effet, comme à chaque fois, vous serez nombreux à ne pas pouvoir vous rendre, pour des raisons diverses, dans les bureaux qui seront mis à votre disposition. Vous ferez, nous l’imaginons par avance des heures d’attentes, et cela nous le déplorons.

C’est aussi sans compter sur une organisation dantesque qui devra être mise en place pour l’organisation de ces élections professionnelles ou encore le coût de celles-ci sera certainement supérieur aux solutions précédentes.

Un véritable bon en arrière donc pour un territoire qui se veut être à la pointe du numérique, de la smart city, et autre ville intelligente, qu’elle peut-être, mais pour d’autres que nous.

On dit ce que l’on fait, on fait ce que l’on dit !

Oui en effet, il y a la parole, et il y a les actes. Quid de l’écologie, de l’empreinte carbone, du bien vivre au travail ?

A force de vivre dans le passé, n’en oublierait-on pas que nous avons un avenir commun ?