COS toujours, tu m’intéresses…

 

Parfois les constats, les méthodes et les propositions présentés par l’administration ou l’exécutif sont différents des nôtres. En toutes circonstances, le syndicat Force Ouvrière en mesure l’impact, et, par un autre regard, ne se veut pas co-gestionnaire mais un contrepoids parfois utile et nécessaire.

Dans votre intérêt, nous pensons que le plus important est d’analyser ce qui est dit, fait pour, au final, proposer des solutions et des dispositifs plus favorables. Ressasser simplement les problèmes que vous connaissez, pour les vivre au quotidien, ajoute du stress et du mécontentement en plus d’être parfaitement inutile.

Nous sommes conscients que certaines et certains d’entre vous apprécient le fait que quelqu’un représente leur colère ou défende leurs intérêts particuliers par une force “peu ouvrière”.

C’est aussi notre crédo à FO mais… AUTREMENT !

AUTREMENT, ce n’est pas jeter de discrédit systématique, encore moins de pointer nos différences en vous prenant en otage ou encore en faisant des raccourcis lamentables. Ce n’est définitivement pas notre méthode !

AUTREMENT, c’est prendre en main une problématique, à laquelle on s’accorde ou pas, pour arriver à une solution commune, positive et conforme à l’intérêt général.

AUTREMENT, c’est percevoir nos différences pour en faire des richesses et ne considérer le conflit qu’en dernier recours privilégiant toujours le dialogue et la construction.

A ce jour, le CESAN est maintenu pour que vous ne perdiez aucune action.
Un COS prendra bientôt le relais et nous ne prendrons pas part au Conseil d’Administration. Toutefois, la porte nous a été ouverte pour apporter notre contribution, comme nous le faisons pour l’ensemble des dossiers.

Concernant la prestation exceptionnelle devenue « inopportune », nous prenons le soin de vous expliquer que, contrairement à ce qui est diffusé, le syndicat FO n’a pas pu prendre part à ce vote dans la mesure où il avait démissionné de ses mandats au CESAN.

Il est parfois utile de tourner 7 fois sa souris sur son tapis avant d’écrire des sornettes !